Comme la plupart des animaux, les poules peuvent aussi être sujettes à des maladies. Le pou rouge est un parasite qui vit dans le poulailler et se nourrit de leur sang. Voici ce que vous devez savoir à son sujet.

Qu’est-ce que les poux rouges ?

En tant que parasites, les poux rouges cherchent le meilleur environnement de vie. Les poulaillers constituent un cadre idéal pour ces acariens.

Les poux rouges

Les poux rouges sont des acariens de type Dermanyssus gallinae. Ils sont gris et virent au rouge après leurs repas, qui se composent de sang. Lorsqu’il se trouve au stade de larve, il ne mesure que 300 à 700 microns et peut atteindre la taille d’un millimètre après un repas. Les poux rouges convoitent le sang des poules ainsi que de tous les vertébrés à sang chaud, et donc aussi celui des humains. Les éleveurs de poules peuvent aussi être touchés par ce parasite, notamment lors des grandes invasions.

Pour les poux rouges, le poulailler est un environnement d’évolution parfait. Les poux disposent d’un garde-manger de premier choix et les conditions de reproduction sont idéales. Les poux aiment la chaleur et l’obscurité. Ils vont donc investir les perchoirs, les tuyaux, les planches et tous les petits recoins du poulailler. Les élevages industriels ne sont pas non plus épargnés par ce parasite et bon nombre d’entre eux subissent des invasions de poux rouges de poules.

poux rouges

La maladie des poules

Les poux rouges sont aussi appelés « la maladie des poules » puisqu’ils s’en prennent très souvent aux gallinacés. Les poules régulièrement piquées s’anémient à plus ou moins long terme. Mais ce parasite est aussi un vecteur de maladies de poules bactériennes ou virales telles que la salmonellose.

Les poules piquées en permanence subissent un stress très important ainsi que des démangeaisons qui viennent perturber leur sommeil. Dans cet état, les défenses immunitaires des poules s’amenuisent. Elles deviennent plus vulnérables aux infections et aux diverses maladies. Les conséquences de la présence de poux rouges dans le poulailler peuvent être graves et fatales pour les gallinacés. L’ensemble de ces facteurs anémient les poules et ont une répercussion importante sur la ponte. La production d’œufs peut diminuer, voire même s’arrêter totalement.

Comment savoir si des poux rouges se trouvent dans le poulailler ?

Lorsque l’état d’une poule semble se modifier ou se dégrader, on commence généralement par l’observer et tenter de repérer un éventuel problème physique. Néanmoins, les poux rouges sont très fréquemment présents dans les élevages de toutes sortes. Ils doivent donc faire l’objet de recherches méticuleuses et régulières. Il faut donc apprendre à regarder aux bons endroits.

Examiner régulièrement l’intérieur du poulailler

Ainsi, les poux rouges aiment les coins chauds et sombres. S’ils sont peu nombreux, un simple coup d’œil dans le poulailler ne suffira pas. L’éleveur doit donc prendre le temps d’opérer une recherche méticuleuse en inspectant tous les recoins du poulailler : les perchoirs, les planches, les pondoirs, sous la paille… Il arrive que l’invasion soit si importante que les poux rouges grouillent dans tout le poulailler. C’est principalement dans ce cas de figure que les éleveurs sont également piqués.

Une astuce consiste à scotcher un petit mouchoir en papier blanc plié sur les perchoirs, dès le soir. Si des poux rouges de poules évoluent dans le poulailler, l’éleveur en trouvera dans le mouchoir. Il est aussi possible de repérer les excréments des poux qui prennent l’apparence de traînées de poudre. Ces dernières peuvent faire penser à un mélange de sel et de poivre. Enfin, des poux rouges gorgés de sang se trouvent aussi parfois dans les fientes des gallinacés.

L’état des poules lors d’une invasion de poux rouges

Il arrive souvent que ce soit les poules elles-mêmes qui alertent sur la présence de poux rouges dans le poulailler. Leur état général de santé peut présenter des anomalies lors d’une invasion. Un éleveur doit connaître les symptômes liés à cette situation pour identifier le plus vite possible la présence de poux rouges sur ses poules.

En règle générale, durant une invasion de poux rouges, l’état général des poules souligne une anémie et un affaiblissement important. La ponte diminue ou s’arrête et la crête des poules prend une couleur pâle. Il arrive que les poules perdent des plumes, le plus souvent au niveau du cou. On peut alors observer des piqûres à la surface de leur peau. Enfin, il arrive parfois que les œufs présentent des taches rouges. Mais ces dernières peuvent aussi être liées à un problème d’humidité lors du processus de fabrication de l’œuf.

Lutter contre les poux rouges

Lutter contre ces parasites peut être long et difficile. Ces poux peuvent rester six à neuf mois sans s’alimenter et leur cycle de reproduction est rapide. Il existe quelques mesures à mettre en place pour lutter contre les poux rouges. Idéalement, elles se complèteront de traitements.

Les premiers gestes contre les poux rouges de poules

Quelques dispositions simples déterminent les premières actions à mettre en place pour lutter contre l’invasion de poux rouges. Une fois exécutées, ces mesures seront complétées par un traitement contre les poux rouges.

En premier lieu, il faut déplacer les poules. L’idéal sera de disposer d’un second poulailler. Ensuite, il convient de retirer la litière, de balayer et d’aspirer le poulailler de manière très méticuleuse. Il faudra veiller à libérer tous les interstices et les recoins étroits à l’aide d’une lame de couteau ou d’un grattoir par exemple. La litière et les poussières balayées devront alors être brûlées.

Par la suite, il faut laver le poulailler à grandes eaux avec un nettoyeur haute pression dans la mesure du possible et en insistant sur les recoins les plus étroits. Les poux rouges ne résistent pas aux températures élevées. Si le nettoyeur peut utiliser de l’eau chaude, le résultat sera encore meilleur. L’idéal serait aussi de passer le poulailler au nettoyeur vapeur ou au chalumeau en insistant toujours sur les petits recoins et interstices.

Les traitements contre les poux rouges

Dès lors que le poulailler a été correctement nettoyé, un traitement contre les poux rouges pourra lui être appliqué. Il existe pour cela différentes solutions : certaines sont de synthèses et d’autres sont naturelles.

Les traitements de synthèses contre les poux rouges

Des solutions chimiques existent contre les poux rouges. Le problème, c’est que le parasite développe une résistance accrue à ces produits au fil des utilisations. Les élevages industriels utilisent ces produits, mais ils pourraient bientôt ne plus suffire.

Pour traiter chimiquement le poulailler, on trouve des produits à base d’organophosphorés. Les molécules utilisées sont : pyrimiphos méthyl, chlorypyriphos éthyl, malathion, azamétiphos, dichlorvos, etc.

On peut aussi utiliser des produits à base de pyréthrinoïdes dont les molécules sont : perméthrine,cyfluthrine, alphaméthrine, etc. Ces traitements agissent sur les individus dits « mobiles » comme les adultes, les larves et les nymphes. Néanmoins, il est plus délicat de détruire les œufs des poux rouges. Il est important de préciser que ces produits s’appliquent dans le poulailler et non pas sur les poules.

Les poux rouges des poules : traitements naturels

La terre de diatomée

terre de diatomée

Terre de diatomée blanche

Contre les poux rouges, il est recommandé d’utiliser de la terre de diatomée. Elle provient d’un gisement de diatomite d’où la roche est réduite à l’état de poudre. À une échelle macroscopique, la terre de diatomée se montre très abrasive. Les parasites (et donc les poux rouges) ne peuvent pas se déplacer sur cette terre. Cela revient à marcher sur du verre cassé pour l’humain. Ainsi, les poux rouges meurent après être entrés en contact avec la terre de diatomée.

Pour l’utiliser, il suffit de la saupoudrer dans le poulailler à même la litière, les endroits de passage et les perchoirs. Elle permet d’éliminer les poux, les puces, les tiques et donc aussi les poux rouges. Ce produit est naturel, mais très abrasif. Il est donc préférable d’utiliser un masque et des gants pour le manipuler.

La cendre de bois

Un autre traitement naturel contre les poux rouges de poules est la cendre de bois. Cette dernière est dotée d’un important pouvoir abrasif assez similaire à celui de la terre de diatomée. Les poux rouges ne peuvent plus se déplacer à son contact et meurent des coupures qu’elle engendre. Pour une efficacité optimale, il suffit de saupoudrer la cendre de bois dans le poulailler en grandes quantités, du sol au plafond.

La cendre de bois est un antiparasitaire connu et inoffensif contre les poules. Elle n’aura pas d’effet sur la santé des gallinacés. L’opération peut être répétée plusieurs fois par semaine, jusqu’à l’élimination totale des poux rouges. La cendre de bois complète parfaitement le travail préventif du vinaigre lors de l’entretien du poulailler.

Les prédateurs des poux rouges

Les éleveurs familiaux et industriels s’intéressent de plus en plus aux prédateurs naturels des poux rouges (les dutchys). Cette solution est biologique, elle respecte donc les animaux et leur environnement. Et elle est très facile à mettre en place puisqu’il suffit d’introduire une certaine quantité de prédateurs de poux rouges dans le poulailler en fonction de l’étendue de l’infestation.

Antiparasite Androlis

Antiparasite Androlis

Poux rouges : vinaigre

Contrairement aux idées reçues, le vinaigre ne sera pas d’un grand secours une fois la colonie de poux rouges installée. Ces derniers ne réagissent pas à l’acidité, ce qui rend le vinaigre inefficace pour les éradiquer. En revanche, le vinaigre sera un produit adapté pour désinfecter le poulailler durant les entretiens réguliers. Il est aussi possible d’appliquer deux fois par semaine du vinaigre directement sur les poules.

Pour cela, il faut pulvériser de l’eau vinaigrée près des cuisses, du cou et sous les ailes des gallinacés. Cette technique est très efficace pour repousser la plupart des parasites.

Le rôle de l’entretien du poulailler

L’entretien du poulailler est nécessaire dans un but préventif. Un poulailler correctement entretenu et désinfecté régulièrement limite les risques de prolifération de parasites tels que les poux rouges de poules. Les éleveurs assidus pourront appliquer un traitement naturel préventif contre les poux rouges lors des entretiens hebdomadaires du poulailler. Ainsi, ils assurent la meilleure protection aux poules et limitent considérablement le risque de voir une invasion de poux s’installer.

Un bon entretien passe par le nettoyage complet du poulailler, comme détaillé précédemment. Il doit aussi être désinfecté avec un produit spécifique ou un nettoyeur à haute pression. Pour limiter le risque d’invasion, il est aussi possible d’opter pour le poulailler en plastique. Il est plus facile d’entretien et il n’offre pas aux poux d’interstices, de planches ou de recoins où s’installer.

Pour conclure

Les poux rouges de poules sont dangereux pour les gallinacés. Pour prévenir leur présence, il est important de toujours effectuer un entretien régulier et méticuleux du poulailler. Il est aussi possible de saupoudrer le poulailler de cendre de bois en prévention, notamment après une invasion de poux rouges. Le vinaigre se montrera également utile dans une logique préventive durant l’entretien du poulailler. Enfin, les éleveurs doivent régulièrement rechercher les traces d’une éventuelle présence de poux rouges dans leur poulailler pour endiguer une possible invasion.

 

Sur le même thème :

alimentation des poules

Alimentation des poules : mais que mangent les poules ?

 

Comment entretenir et nettoyer un poulailler ?

 

construire un poulailler maison

Construire un poulailler maison : mode d’emploi